La BMW i8, du concept à la réalité.

Il y a quelques semaines à peine, nous vous annoncions sur notre site l’arrivée des deux nouveautés hybride : La BMW i8 et la BMW i8 Roadster.

Avant de les voir surgir sur les routes, prenons le temps de faire une petite rétrospective sur son évolution et son avenir.

  • BMW : Précurseur dans la propulsion électrique
  • De la conception à la promotion de la BMW i8
  • La BMW i8, la voiture hybride haute performance
  • La BMW i8 : Une voiture à la réputation inégalée
  • La BMW i8 en 2018

Depuis 1972, BMW n’a cessé de se pencher sur le moteur électrique. Crise pétrolière, innovation, esprit d’invention, autant d’éléments qui ont très tôt poussé le constructeur à investir dans la recherche autour de ce mode de propulsion.

La recherche s’est longtemps focalisée sur la manière d’obtenir des batteries plus efficaces, dotés d’une meilleure autonomie et assurant une sécurité optimale.

A cela, l’efficacité des moteurs a été améliorée, en internalisant la conception et la construction des unités de propulsion.

Cependant la notion même de voiture électrique a mis du temps à s’imposer auprès du grand public.

Deux éléments ont longtemps freiné la progression de l’électricité dans le domaine automobile.

Tout d’abord l’autonomie des véhicules a été longtemps un sujet de questionnement de la part des consommateurs.

Et en effet, les batteries n’ont pas toujours eu la capacité à supporter les longues distances, en particulier à des vitesses soutenues.

Depuis quelques années, les distances capables d’être parcourues par les voitures électriques ont très largement progressé.

De plus, le concept de voiture hybride, combinant électricité et moteur à combustion, a permis de résoudre en grande partie ce problème, permettant de profiter du meilleurs des deux.

Le second point concerne le type de véhicules proposé, qu’il soit en propulsion exclusivement électrique ou en hybride.

La grande majorité a d’abord été conçue comme des petites véhicules, légers, et, disons le franchement, peu attirant.

Hors toute l’histoire de l’automobile, et de la technologie en général, démontre une chose : La promotion d’une technologie se fait de bas en haut, et non de haut en bas. Cela signifie qu’une innovation est avant tout présente dans les produits haut-de-gamme avant de voir son horizon s’élargir auprès d’un plus grand public.


C’est cette approche logique et intelligente qu’a adoptée BMW avec le véhicule hybride BMW i8.

Entre 2009 et 2013, BMW a dévoilé une série de concepts autour d’un véhicule hybride sportif.

Initialement présentée sous le nom de Vision Efficient Dynamics lors de l’International Motor Show de Francfort, les lignes avant-gardistes et ses caractéristiques enflamment l’imagination des aficionados de la marque et de la presse spécialisée.

Ce prototype de 2009 était initialement équipé d’un moteur diesel auquel était adjoint deux moteurs électriques de 139 chevaux.

Les bases de la voiture étaient déjà présentes avec une accélération de 0 à 100km/h en 4,8 secondes et une vitesse maximum de 250 km/h… sachant qu’elle était bridée électroniquement.

En 2011, un nouveau véhicule est dévoilé au public qui se trouve pour la première fois nommé i8, avec le BMW i8 Concept.

Il s’agissait de présenter une voiture de sport hybride haut-de-gamme, et le chiffre 8 n’était pas sans rappeler la légendaire série 8 des années 90.

A partir de cet instant, et sur l’intégralité des prototypes présentés, qu’il s’agisse en 2012 du BMW i8 Concept Spyder ou en 2013 du BMW i8 Coupé Prototype, l’identité i8 est maintenue, jusqu'à aujourd’hui encore.

Lors de sa sortie en 2014, la BMW i8 tient toutes ses promesses. Ce concentré de hautes technologies combine deux types de motorisations : Un moteur traditionnel, qui depuis le concept de 2011 est passé du diesel à l’essence, et deux moteurs électriques placés sur les roues avants.

Si l’on décide de conduire la i8 purement en mode électrique, elle se comporte alors comme une traction avant, et peut atteindre une vitesse de 120 km/h.

Afin de signifier l’appartenance de ce véhicule à la nouvelle famille BMW i, elle est habillée, à l’instar de la BMW i3, de liserés bleus, que ce soit au niveau du logo BMW, de la calendre, ou mêmes des ceintures de sécurités.

Ce bleu est le code couleur utilisé par la marque allemande afin de signaler que ce véhicule est doté d’une motorisation partiellement électrique.


La réputation de la voiture a atteint des niveaux rarement égalés dans l’industrie, en particulier pour un véhicule hybride.

Ainsi cette BMW a reçu de la part des lecteurs de « Auto Zeitung », le principal journal allemand spécialisé dans l’automobile, le prix du meilleur véhicule hybride dans le cadre du Trophée de la Mobilité Verte (Green Mobility Trophy).

Le périodique « Auto Test » a également gratifié l’i8, dans la catégorie « Coupé », du prix de la voiture la plus écologique, et a été élue, avec la série 5, de voiture à quatre roues motrices de l’année par « Auto Bild Allrad ».

Mieux encore, pour la troisième année consécutive, elle a reçu le prix international du moteur de l’année du « Engine Technology International ».

Avec l’année 2018, la voiture hybride haute performance de BMW se renouvelle en intégrant les dernières nouveautés high-tech.

La caméra 360 déjà présente sur les véhicules haut-de-gamme de la marque, telle que la série 7, permet au conducteur d’avoir une vision totale de son environnement, directement sur l’écran du système infotainment iDrive.

Les performances de la voiture sont ajustables en fonction du mode de conduite, en tout électrique, en mode éco, ou si l’on souhaite profiter au mieux de la puissance de l’i8.

En termes de performances, la BMW i8 est capable d’avaler le 0 à 100 km/h en 4,6 secondes.

L’avenir s’annonce donc radieux pour l’i8 : Nouveaux modèles en concession, plébiscitée par le public et distinguée par la presse, elle n’attend plus que vous pour la tester.